banniere copie

Nouvelle découverte relayée autant dans la presse papier que numérique et qui jusqu’à votre rappel insistant « mais pourquoi tu n’en parles pas » peut être parce que tout était dit, je ne m’étais pas autorisé à commenter .

Je ne suis scientifique, ni chercheur, ni sexologue, pas simple de porter un jugement sur l’étude!

Aujourd’hui, je suis rochon chon alors à cet énième rappel, je réagis.

La femme que je suis en a marre d’être considérée comme un rat de laboratoire que l’on dissèque pour comprend et ainsi avoir les arguments pour mieux contenir son épanouissement.

On nous répertorie, on nous segmente, on nous mutile au nom de quoi? de la science la réligion l’éducation la peur!!!

Notre sexualité ne comporte pas de nuances.
On a le choix restreint
d’être vierge

  1. On est faite pour faire des bébés et onse doit de rester bien docile

ou putain et dans ce cas

  1. On est perverse d’avoir des envies
  2. On est sale d’être fontaine
  3. On est hystérique de se masturber
  4. On est une chatte en chaleur d’aimer faire l’amour.
  5. On est une putain de se faire sodomiser #

On avait d’abord un vagin sans terminaison nerveuse, une grotte sombre et humide, impossible d’avoir du plaisir avec.

Puis vient Freud,
si on éprouvait le besoin de se masturber c’est que nous étions immatures bloquée au stade prépubère !

Intéressant comme jugement de la part d’un homme qui a arrêté de faire l’amour à 40 ans

Après c’est au tour de cette hypothèse :

notre clitoris serait le vestige d’un pénis non développé !!!

Il n’est pas, donc la pauvre chose sous développée est négligeable et inférieure

Après avoir été balotté entre religion éducation et psychanalisée,  le droit au plaisir regagne du terrain.

Fin du 20e
Notre clitoris revient sur le devant de la scène avec cette nouvelle cartographie numérique et l’étude de l’urologue Australienne  Dr Helen O’Connell.

Elle a dressé un bilan de l’anatomie et la physiologie sexuelle féminine actuelle
Même si depuis  la coupe anatomique qu’elle a faite du clitoris est une référence dans les manuels de médecine l’étude est passée inaperçue au regard du public et surtout de la gent féminine.

Où sont passés les slogans des féministes VIVE LE CLITORIS ?

Fini le militantisme place à cette pionnière du genre qui s’est intéressée à notre organe.

Elle explique pourquoi il est normal d’avoir du plaisir avec notre sexe qu’il soit interne ou externe

C’est anatomique !

Savez-vous combien de terminaisons nerveuses comportent le clitoris ?

Contrairement à cette pauvre tête de gland qui n‘en compte que 6 000, le clitoris en a 8 000. :)

Il est innervé comme aucun autre organe  et je suis sûre qu’on est loin d’en avoir fait le tour.

Ce n’est plus un bouton, mais une grosse poire et je rajouterais juteuse !

Il vient envelopper notre vagin, ses terminaisons tapissent notre sexe dessus, dessous sur le côté autour du périnée.

Et voilà que des chercheurs italiens, je ne dirais pas qu’ils nous sortent cette étude de leur  chapeau, puisque elle est bien réelle mais la conclusion…….

« l’orgasme vaginal n’existe pas »

La  femme que vous êtes n’est plus clitoridienne ou vaginale à l »entrée avec le point G mais aussi au fond avec le point A , et parfois fontaine .

Vous serez dorénavant une femme à l’orgasme Féminin !!!!
On nommera votre plaisir dans sa globalité.

Question et même s’il est pris par notre anus???orgasme  femme

Le fameux Point G est relégué aux oubliettes, la deep zone le point A, lui qui n’avait pas réussi à émerger est noyer dans l’œuf , fermeture du robinet de la fontaine qui n’est plus qu’un écoulement négligeable.

Ils jouent avec les mots et ils le renomment pour mieux le banaliser !

On arrivait presque à sortir des années d’oppressions.

Nous n’étions plus obligées de nous justifier d’avoir du plaisir . Nous pouvions enfin nous acheter des jouets suivant l’envie du moment et  celui de faire chanter notre corps.

Venir aujourd’hui affirmer à grand renfort de statistiques que les multiples possibilités de plaisir que la femme pouvait s’offrir ne sont plus qu’un.

Ranger dans ce four tout « orgasme féminin » c’est encore nier le potentiel de la femme, sa capacité au plaisir.

Il n’y a plus d’effort à faire pour se connaître, s’amadouer s’aimer et se respecter. Que devient le plaisir de décider qu’elle zone on va allumer ?

Le vagin n’est plus une partie à part entière, c’est un grand trou qui atteint le nirvana à sa stimulation au petit bonheur la chance !!!!

Finit les caresses de la vulve, les vibrations sur le mont de vénus la permission à l’intrusion, les caresses  rien qu’aux portes je dénombrais 3 orgasmes clitoridiens

Finit les va et vient sur le bras du point G , son chatouillage en bon et du forme,   Le massage vaginal et les percussions dans le fond. Que devient le travail sur le périnée que j’ai eu temps de mal à discerner !!

Comment expliquer à une femme qui arrive à l’extase avec ses seins sous la stimulation experte de son partenaire.

Quel rôle est imputé au cerveau ?

Où se retrouvent les fantasmes qui nous font mouiller la petite culotte et nous amènent au bord du précipice

Que devient l’érotisation dans la mise en scène d’un jeu et qui nous faisait bouillir?

Que dois-je dire à ma peau qui frissonnait sous la roulette de Rothenberg  parce que je ne la voyais pas venir sous mon bandeau ?

Que devient le désir de l’autre ?

Ce grand tout de l’orgasme féminin est réducteur et bafoue la femme dans son besoin d’identité et de reconnaissance

Anille son indépendance dans les multiples plaisirs.

Vous l’aurez compris moi blogueuse femme mère maîtresse et « # putain » cf plus haut, je revendique le droit à la nomination de toutes mes zones et de tous mes plaisirs. Je veux pouvoir les découvrir les apprivoiser et les transmettre à d’autres .

Si vous les hommes vous avez accepté que l’on réduise votre plaisir au seul plaisir pénien.
Que l’on nomme l’orgasme masculin comme référence, c’est votre droit.

Mais c’est aussi comme ça qu’on vous a fait passer à la trappe le plaisir prostatique.
Aujourd’hui que l’information est libre et décomplexée voudriez vous que l’on fasse l’impasse sur des découvertes et éventualités de plaisir +++

Moi, je veux pouvoir faire la bête à dodo et avoir dans la même séance un plaisir clitoridien, un vaginal, éjaculer et encore un plaisir anal si cela me chante parce que chacun est différent, la sensation, l’intensité et la durée

Je veux pouvoir atteindre mon st graal si c’est l’objectif et pas me contenter  « d’ un orgasme féminin » et le compte est bon si ce n’était pas celui recherché !

Je veux pouvoir continuer à explorer ce corps qui a tant à offrir et lui rendre hommage.

je ne sais pas ce que vous pensez de cette dénomination alors n’hésitez pas à donner votre avis. Comment vous retrouvez-vous dans tout ce charabia?

Annah

 Vous avez appréciez cet article ? indiquez moi juste votre prénom et votre email et je vous envoie gratuitement mon dernier ebook

banniere copie